Breudeur ha c'hoarezed

2014 Terspikora - Coop Breizh 4016005

War ma dremm leun a-sklerijenn - sur mon visage plein de lumière
00:00 / 00:00

  1  Ar Melezour  3:34 

​​​​  2  Dimezellig dantelezet  4:02

​​​​  3  Breudeur ha c'hoarezed 2  6:40

  4  Goude Nedeleg  6:55

  5  Bro ar bara  5:40

  6  War ma dremm leun a-sklerijenn  5:01

  7  Dernier singe pour la route  4:34

  8  Pa teui  4:49

  9  An adsked  6:05

10  Brav eo kanañ  3:34

11  Berr an amzer  4:43

 

Julien VRIGNEAU  saxophones, clarinet, keyboards

Maela AR BADEZET  vocal, celtic harp

Mael GUEGO  guitar

Victor SIMON  bass

Xavier GARABEDIAN  drums

Bahia El BACHA  cello

Lucas ELZIÈRE  trumpet

Grand prix du disque Produit en Bretagne 2015

Ar melezour - le miroir
00:00 / 00:00
Berr an amzer -
00:00 / 00:00
An adsked - le reflet
00:00 / 00:00
Dimezellig dantelezet -
00:00 / 00:00

Demoiselle en dentelle

À qui sont les cheveux sur ta tête ?

Pourquoi souris-tu quand je vois une épingle

Plantée profond dans ton coeur blessé ?

 

Demoiselle en dentelle

Combien d'entre eux en as-tu tué ?

Me diras-tu où trouver la pâte

Qui guérira les blessures sur ton corps nu

Lyrics / Barzhonegoù / Paroles

Dimezellig dantelezet

(Yann An Davay, Julien Vrigneau)

 

Dimezellig dantelezet

Da biv eo ar blev war da benn ?

Blam' betra vousc'hoarzhez pa welan ur spilhenn

Sanket don 'n ez kalon gloazhet ?

 

Dimezellig dantelezet

Pet anezhe 'teus lazhet ?

Ha lâret ri din pelec'h kavout an toaz

Bareo ar goulioù war da gorf noazh

 

 

 

Breudeur ha c'hoarezed 2

(Lors Landat, Julien Vrigneau)

 

Amañ 'vez klevet 'met ar follente surup an aotroù

An Anken c'hoar an Ankoun a hed he bugaligoù

Az vadiok ami vadiok me zo an hini on e larfen

"Koñsomit 'ta bugale !" e respontfe an Anken

Ur foarell o neunt paket gant o gerioù surentez

Ur foarell o neunt paket ya sur n'omp ket deuzoute

Gwell dimp chom hep chelaou 'nezhe, evidomp ni mignoned

Ken ma 'vimp ket d'em gervel 'vel breudeur ha c'hoarezed.

 

 

Goude Nedeleg

(Yann Ann Davay, Julien Vrigneau)

 

Diskennet on vit noz e-kichen an dour

Da dañva an avel fresk

Chomet on fur, e skeud an tour

Ha glebiet dousig ma bizied brezk

 

Marteze 'n un ti bennak

'Zo savet ur pla'h yaouank

Ha deus ar prenestr e lâk

Ur sigaretenn 'n he beg…

 

Fenoz 'vefomp hon daou

Divunet en deñvalijenn

Ha klevet 'ran deus tu ar 'haou

Mouezh an azen, 'hoazh an ejen

 

 

 

Bro ar bara

(Yann An Davay, Julien Vrigneau, Maela le Badezet)

 

Pell emañ bro ar bara

Pelloc'h-pellañ a deiz da deiz

Pellaat, strishaat, bihannat a ra

Ha gwanoc'h-gwanañ en tu-mañ hon ene

 

Pell hirie an amzer santel

Amzer ar rannañ, amzer ar gontell

Piv 'zo bremañ 'vit chom hep kregiñ

Ar primmañ ar gwellañ en tammoù lous ha kriz ?

 

C'hoarzhiñ a rez, plijadur 'teus

Met un deiz bennak 'cheñcho an hin

Ha pa deuyo ma zro da dañva ar sistr beuz

Ra vo roet kalon, madelezh ha joa din

 

 

 

War ma dremm leun a-sklerijenn

(Julien Vrigneau)

 

Diwit o tostaat

Ha 'mañ ket pell

Mare ra din sioulaat

 

Flourañ ra deviñ

Ha 'mañ ket pell

Mare lâk ac'hanon da virviñ

 

Leun a-sklerijenn

Na pegen brav

Silañ dousig war ma dremm

 

Silañ war ma dremm

Na pegen brav

N'eus ket 'met leun a sklerijenn

 

Te zo ba'm 'horf din

Na pegen brav

War ma dremm leun a sklerijenn

 

 

Dernier singe pour la route

(Will No, THX 538, Julien Vrigneau, Mathilde Chevrel)

 

D'an enebour, d'an hirvoud

Ha d'hon eneoù kollet,

D'an trenioù-mañ en noz,

Et aux promesses non-tenues

 

D'an dent goloet a vestl

D'ar gouleier plijadus

D'hon holl tasmantoù lakaet noazh

Et à celui-ci, là, étendu

 

D'an hirvoud, d'an enebour

Ha d'an dir ennañ,

D'ar poull-gwad-mañ

Qui sans un mot se répand

 

Unan ouzhpenn, neketa

À la santé des fous,

Ha da hennezh, kinniget brav

Gourbezet, bern kig kriz

 

O ! Pa soñjan e c'hoarzan

Ha mont a ra marmouzien d'ar baradoz ?

 

 

 

Pa teui  part 1

(Julien Vrigneau, Mathilde Chevrel)

 

Un deiz bennak, pe un noz marteze

E teui b'ar gêr

Ha d'ar c'houlz-se e vin prest

D'az tegemer

 

N'ouzon ket c'hoazh peur e teui

Marteze dimerc'her

Marteze goude ur strobad hir

A amzer

 

N'eus forzh peur, ret din bezañ prest

Laouenn ha seder

Prientiñ evidout ur boc'h sistr

Pe bier

 

Abaoe pell emaon gant ar gortoz

Hag ar preder

Gall a ra c'hoazh bezañ hir

Pe berr

 

Nann nann nann nann

'N Ankoù n'ankouaez ket 'hanon !

 

 

 

Brav eo kanañ

(Julien Vrigneau)

 

Hirie vez kanet e brezhoneg

Brav eo kaout un dra da lâret

Na brav eo kanañ e brezhoneg

Pe neuze eo 'vit cheñch un tamm

 

Perak 'ta kanez e brezhoneg

Pa vije ken aes kanañ e galleg ?

Perak neuze strivañ kement-se

Pa vije tu d'ober aesoc'h ?

 

Me 'gan brezhoneg met netra da lâret

Ha keit ma vez graet 'kavin tud 'vo plijet

 

Met brav eo kanañ e brezhoneg

Chom 'ra da wel pezh zo da lâret

Da b'ra dalv tec'hout rak gerioù gall

Ma vez 'vit chom gant soñjoù gall ?

 

Pozioù didalvoud e brezhoneg

A chomo pozioù didalvoud

Ur gwiskad gerioù na guzho ket

Dason ar mennozhioù toullet

 

En holl yezhoù e kari

En holl 'gari ket ken

En holl yezhoù e klaski da fulenn

 

Me 'gan brezhoneg met netra da lâret

Ha keit ma vez graet 'kavin tud 'vo plijet

 

 

 

Berr an amzer

(Lors Landat, Julien Vrigneau)

 

Na berr an amzer, plijadurioù

Vez disoñjet, an esperansoù,

Ar brodoù-kalon evel armoù

'Zegas bep sord a binijennoù

 

Ma choma dalc'hed en hor menoz

Gwagennoù glann an dic'hortoz

Splann e welfemp al liammoù soutil

E renañ an darvoudoù, dre sil…

 

Dre sil…

 

Kredennoù harluet,

Troc'het gwezenn ar promesioù

Hag hunvreoù stanket

'Vare da vare, 'n em gontañ gaoù

 

Adarre e savimp goulennoù, 

Hep kavout afer a respontoù…

Ici on ne peut entendre que la folie, sirop des seigneurs,

L'Angoisse soeur de l'Oubli y assemble ses enfants

Je suis ce que je suis, dirais-je

"Consommez donc mes enfants !" repondrait l'Angoisse

Ils ont attrapé une diarée avec leurs mots de sécurité

Ils ont attrapé une diarée, sur nous ne sommes pas des leurs

Mieux vaut pour nous ne pas les écouter, pour nous les amis

Tant que nous serons encore capables de nous dire frères et soeurs

Je descends avec la nuit à côté de l'eau

pour goûter le vent frais

Je reste sage, dans l'ombre de la tour

et mouille doucement mon doigt fragile

 

Peut-être que dans une maison

est debout une jeune femme

et de la fenêtre elle met

une cigarette dans sa bouche

Ce soir nous serons tous les deux

réveillés dans l'obscurité

Et j'entends du côté de la crèche

la voix de l'âne, le rire du boeuf

Loin est le pays du pain

de plus en plus loin de jour en jour

Il s'éloigne, se, restreint, se rapetisse

s'affailblit de plus en plus de ce côté-ci de nos âmes

 

Très loin le temps saint

le temps du partage, le temps du couteau

Qui est maintenant pour rester sans commencer

le plus immédiat le meilleur en morceaux sales et crus ?

Tu ris, tu as du plaisir

mais un jour changera le climat

Et quand viendra mon tour de goûter le cidre doux

j'aurai du courage, de la bonté et de la joie

Contre toi s'approcher

et il n'est pas loin

le moment qui me rendra calme

 

Caresser fait brûler

et il n'est pas loin

le moment qui me mettra à bouillir

 

Plein de lumière

combien c'est beau

se faufiler doucement sur mon visage

 

Se faufiler sur mon visage

combien c'est beau

il n'y a que plein de lumière

 

Toi tu es dans mon corps à moi

combien c'est beau

sur mon visage plein de lumière

À l'ennemi, à l'ennui

Et à nos âmes perdues,

À ces trains dans la nuit,

Ha d'ar promesioù n'int ket bet dalc'het.

 

Aux dents bardées de fiel

Et aux lumières sensuelles,

À tous nos spectres mis à nus,

Ha da hennezh, amañ, gourvezet.

 

À l'ennemi, à l'ennui

Et à l'acier en lui

À cette flaque de sang

A n'em groug adarre hep ger ebet.

 

Encore un mot après tout

Bennozh kalon d'ar re foll

Et à celui-là, bien entendu

Qui gît, tas de chair crue.

 

Oh ! J'y pense et j'en ris,

Les singes vont-ils au paradis ?

Le temps est court, les plaisirs

oubliés, les espoirs,

Les remords comme des armes

nous emmènent toutes sortes de châtiments

 

Que demeurent dans nos idées

les vagues pures de l'inattendu

nous y verrions clairement les liens subtils

qui président aux évenements, à travers un filtre…

 

À travers un filtre…

 

Exilées les croyances

abattu l'arbre des promesses

et les rêvesembourbés

de temps en temps, se mentir

 

Toujours nous poserons des questions

sans trouver de réponses…

Un jour, ou une nuit peut-être

tu viendras à la maison

Et à ce moment-là je serai prêt

à ton accueil

 

Je ne sais pas encore quand tu viendras

peut-être mercredi

peut-être après un très long

moment

 

N'importe quand, il faut que je sois prêt

content et serein

Te préparer un verre de cidre

ou de bière

 

Depuis longtemps je suis dans l'attente

et la réflexion

Ça peut encore être long

ou court

 

Non non non

la Mort tu ne m'inquiètes pas !

Aujourd'hui on chante en breton

C'est beau d'avoir un truc à dire

Comme c'est beau de chanter en breton

Ou alors c'est pour changer un peu

 

Pourquoi donc chantes-tu en breton

alors que ce serait plus facile en français ?

Alors pourquoi faire autant d'efforts

quand il aurait moyen de faire autrement ?

 

Moi je chante en breton mais rien à dire

Et tant que c'est fait ainsi je trouverai des gens qui seront contents

 

Mais c'est beau de chanter en breton

Reste à voir ce qui est dit

À quoi ça sert de fuir des mots français

si c'est pour rester avec des pensées françaises ?

 

Des poésies nulles en breton

resteront de spoésies nulles.

Une couche de mots ne cache pas

l'agacement des idées creuses.

 

Dans toutes les langues tu aimeras

Dans toutes les langues tu n'aimeras plus

Dans toutes les langues tu chercheras ton étincelles

 

Moi je chante en breton mais rien à dire

Et tant que c'est fait ainsi je trouverai des gens qui seront contents

 

© 2019 Lunch Noazh

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now